Citadelle... l'autre Il serait une fois... ***

Publié le par Alex Owl




Ils passèrent lentement devant sa cachette sans le voir. Le jeune garçon retint son souffle davantage encore, il n'était plus qu'une ombre immobile. S'ils le trouvaient il n'avait aucune chance de leur échapper, et encore moins de l'emporter en combat singulier. Il devait attendre, le moment de l'affrontement viendrait sans doute mais pour l'heure il lui fallait battre en retraite. Il pensait aussi à Anna qui arriverait bientôt quelque part dans cet univers. Il devait la trouver et pour cela il lui fallait rester en vie. Il attendit donc, s'efforçant de faire le vide dans son esprit pour que le murmure de ses pensées ne le trahisse pas. Après un moment qui lui parut interminable, les deux guerriers s'éloignèrent enfin puis disparurent au coin de la rue.
 
    Jewanir ne bougea pas. Il était épuisé et avait besoin de réfléchir. Il resta assis là entre les vieilles caisses couvertes d'inscriptions incompréhensibles. Rien ici ne lui était familier, il n'allait pas lui être facile de passer inaperçu. Il devait se fondre dans la population, trouver un refuge et tenter de retrouver Anna. Son instinct de chasseur vint à son secours. La première chose à faire était d'observer sans être vu. Il avait besoin d'en savoir un peu plus sur l'endroit où il se trouvait. Il sortit sans bruit de sa cachette et se glissa le long du mur vers le bout de la rue. La nuit était tombée mais des lumières brillaient un peu plus loin, là d'où lui parvenait toujours des sons étranges.
    Il s'approcha lentement de l'angle du mur, toujours dans l'ombre, et jeta un regard au delà, vers le bruit et les lumières. Il fut aussitôt pris de panique et recula brusquement au passage d'un engin effrayant fait de métal à l'intérieur duquel se trouvaient des hommes et des femmes. L'étrange équipage s'éloigna sans faire attention à lui dans un grondement. Des lumières brillaient accrochées aux murs ou au bout de perches dressées le long de la rue. Certaines changeaient de couleur sans cesse, d'autres s'éteignaient et s'allumaient sans que personne ne semble les embraser ou les souffler. Des échoppes étaient ouvertes et illuminées. De nombreuses personnes s'y pressaient pendant que d'autres marchaient d'un pas rapide le long de cette route. Des engins ressemblant au premier passèrent sous les yeux de Jewanir toujours embusqué.
    Une fois passées la surprise et la frayeur des premiers instants, il constata rapidement que personne ne prêtait attention à sa présence. Il lança son regard plus loin, à droite et à gauche pour s'assurer que Elbasi et Trébu avaient bien disparus et ne vit nulle trace des deux guerriers lancés à sa poursuite. Dans quel drôle d'univers avait-il été envoyé ? A l'évidence, s'il voulait passer inaperçu, il allait devoir changer rapidement de vêtements tant sa tenue était différente de celles des habitants de cette ville étrange. Aucun des hommes qu'il voyait là ne portait de long manteau de fourrure ni de forte cuirasse de cuir. Il avisa un marchand de vêtements sur sa gauche, son comptoir était désert. Il prit un air dégagé , sortit de l'ombre et marcha sans hésiter dans la direction du magasin.

[à suivre...]

Publié dans A suivre...

Commenter cet article