Le premier jour

Publié le par Alex Owl


S
i tu n'étais pas venue je t'aurais cherchée longtemps
Dans les grêves ajourées des pâleurs matinales
Sans rien pour garder le fou, simplement
une bâton de soleil, une corde, un salut d'amiral.

Regardes ! Ils sont tous venus et tendent
Leurs bras agités de fébriles balancements
L'au-revoir de l'Outre, de septembre
Ira bien encore là, un long...long moment.



Publié dans poèmes

Commenter cet article