Mémoire

Publié le par Alex Owl

La petite mort parcourt mes jours

De chasseur pacifique du sombre «enguenillé»

Et le soleil réveille en moi le vent léger

D’un matin frais de nos étés armoricains.


Elle, enfante chaque jour

L’espoir de partager encore

L’innocence frêle et colossale

De nos mémoires entrevues.


Et je reviens à mes pas

Qui menèrent si loin

Le centre de nos joies.

Publié dans poèmes

Commenter cet article