départ

Publié le par Alex Owl


Parce qu'il avait appris

sous un ciel de plomb
que l'amour, la vie
s'en allaient au pilon

Il regarda la nuit
fuyant l'eau en silence
le goût lent de l'ennui
que les feuilles balancent

Il scruta jusqu'à l'aube
crevant de son regard
l'aurore en fuite lente
le hibou en retard

Puis il marcha sans fin
sous l'ombre des grands arbres
serrant entre ses mains
le soleil, bel hagard.


Publié dans poèmes

Commenter cet article

Bigornette 01/10/2008 17:38

c'est beau Merci à Quichottine qui m'a fait faire un détour par ton blog...bonne soirée

gazou 01/10/2008 13:38

j'aime bien ce poème....mais à tenir si fort le soleil dans ses mains,il va se brûler !   Mais ça l'empêche de céder au désespoir,peut-être!

Quichottine :0010: 26/09/2008 11:27

Alex, je t'en prie, reviens ! Tu t'es de nouveau fait envahir par la publicité sur ton blog...C'est tellement dommage !... Il te suffit d'aller dans ton administration pour que tout s'arrange.Tu peux le faire, juste une minute...

Melly 15/09/2008 02:10

s'en aller au pilon, OK, je note (j'améliore mon vocabulaire !)

marlou 10/09/2008 20:08

un vrai regal, de vrais talents...Merveilleux ton jardin, Quichottine