Envers

Publié le par Alex Owl


Les deux mains dans la terre,

je regarde venir le ciel de traine.


Après l'ondée monumentale

qui a mouillé les fleurs de palme,


l'odeur d'humus noir remonte

jusqu'à nos faces engourdies


et secoue nos souvenirs

d'un autre printemps.


La lumière plane

et rase les flaques qui reflètent

nos gourmandes kermesses.


Quel heure est-il ?

Quelle importance,

la brise porte nos réveils

vers les montagnes enrouées.


Je passe cela

pour un instant

sur le compte lourd

de faux amis.

Je gratte la porte de bois brut,

il faut partir avant l'écume.


Là sous le givre balancent

les doigts d'une mariée,

sur l'anneau mort de l'année lente.


Epave alanguie sur

un long banc sablonneux

recouvert en hiver

de crustacés amers.


Crabes hargneux

bigorneaux imbéciles

  Ermites opportunistes

toutes cliques aquatiques.


Le Kraken vous guette

pisse chaud, brûle pourpoint

vains tortillons de sable

ridicules marins.


Crachez le sel

qui lave nos yeux

Je cherche celle

Qui dira mieux.


Zeste de triste

liqueur de fer

et plein boyau

de joies en fleurs.


Paf, c'est l'hiver !


Publié dans poèmes

Commenter cet article

Alex 21/03/2007 20:43

Rien ne presse Seb, il sera toujours temps... y\\\'a que le vent qui pousse...Désolé Chris si j\\\'ai réveillés des souvenirs désagréables... je lache des trucs que je devrais peut-être garder pour moi... je vais faire un bon feu pour te réchauffer, allez viens, dehors la pluie s\\\'est arrêtée, on va boire un vin chaud et faire la buée sur les carreaux... je vais te dessiner un jardin au printemps sur la vitre du salon, tu vas pas en revenir.

Chris 21/03/2007 06:21

Moi, j'ai toujours été très météodépendante, depuis l'enfance.
Cette très belle poésie me fige dans des souvenirs d'une petite fille pleurant derrière les vitres embuées devant un jardin mort, blanc, et un cerisier nu , noir...
J'ai froid, dans le corps et dans l'ame....si c'est cela que tu voulais exprimer, tu as réussi
C'est pour cette raison que je suis partie et que je suis restée là où toutes ces choses ne sont qu'un souvenir très cher.

seb 21/03/2007 00:48

Il était temps !