Chronique des recouvrances [7]

Publié le par Alex Owl


  • -Dans la poitrine – dit Léo faiblement – c'est de plus en plus dur pour respirer... je me sens de plus en plus fatigué... envie de dormir... probablement une hémorragie... je serais...en retard demain... désolé – il émit un léger rire.


  • -On est tous là, avec toi Léo, tiens bon, parle moi encore...


  • -Tu sais, c'est drôle comme tout est calme... - un long silence – j'aurais voulu parler à Marie, aux enfants... pas partir comme ça... je voulais être avec eux, ce soir, c'était l'anniversaire de... - il se tut à nouveau.


  • -Léo, ça va aller, on vient te chercher, tu entends, accroche toi.


Par radio, ils entendaient dans la salle de régulation les messages des pompiers qui cherchaient la voiture de Léo sans la trouver. La gendarmerie les avait rappelés pour demander des précisions sur le lieu... et l'équipe du SAMU était encore à quelques kilomètres de l'endroit présumé. Le temps semblait très long, inévitablement long...


Léo avait de plus en plus froid. Il avait les yeux mouillés. Comme s'il avait senti qu'il pouvait ne pas revenir de ce voyage là et comme s'il se préparait au pire, à l'exil. Il réunit ses dernières forces et reprit :


  • -Lucille, vous enregistrez ?


  • -Oui léo, tu sais bien, tout...


  • -Alors tu leur feras écouter la bande, promets moi...à Marie et aux enfants. Promets moi Lucille, s'il te plait, je veux leur parler une dernière fois, juste au cas où...


Lucille avait les yeux qui se brouillaient, dans la salle de régulation tous se taisaient.


  • -Arrête Léo, tu vas t'en sortir !


  • -J'entends la sirène des pompiers Lucille... j'ai froid, promets moi...


  • -C'est promis Léo, c'est promis, mais tu vas revenir...


Quelqu'un s'était précipité sur la radio pour prévenir les pompiers qu'ils étaient tout près et que Léo entendait leur sirène.


  • -Merci Lucille... Marie, c'est moi, je sais que... si tu écoutes cette bande c'est que je suis resté là-bas... J'aurais voulu être à son anniversaire...tu sais, il va m'en vouloir... il faut que tu leur expliques... aux enfants... je ne vous oublie pas... je vous aime... J'ai peur Marie... je ferme les yeux et j'imagine que...je te prends la main... tu es là près de moi et c'est...


Sa voix s'éteignait peu à peu, vacillant comme la dernière flamme d'une bougie.


  • -Je suis près de vous... les enfants, je reste...


Puis la voix s'éteignit complètement. La tension était à son paroxysme en salle de régulation, les gorges nouées. Dans le haut-parleur, ils entendaient des bruits, des voix, des pas et des tôles qu'on plie.


La radio laissa échapper un message des pompiers...

  • -CODIS de VSAB Chateauneuf, nous avons trouvé la voiture, une victime en arrêt cardio respiratoire... je répète victime en arrêt cardio respiratoire... demandons le SMUR sur les lieux, engageons la désincarcération et poursuivons la reconnaissance.


  • -Reçu VSAB Chateauneuf pour CODIS, le SMUR est engagé.


Déjà Léo était loin... jamais il ne pourrait revenir vers toutes ces lumières en bas, trop loin, trop dure. Il ne sentait plus de douleur, il se laissait porter, au coeur l'ultime morsure de l'abandon, de ne jamais plus serrer dans ses bras ces bouts de vie, ces rires, ces éclats, les siens... les yeux lavés de ce sel qu'il avait tant goûté, il disparu sans que personne ne le voit...


Autour de la voiture, les pompiers et l'équipe de réanimation s'affairaient avec acharnement, désespoir. C'est plus cruel encore quand on se ressemble. Les lumières des gyrophares brûlaient les yeux. Les cris, les ordres précipités, l'odeur des groupes électrogènes envahissaient cet espace là. Bientôt ils devraient accepter la redoutable évidence... et retourner.


Je voulais être à l'anniversaire de mon fils, ce jour-là, ne pas le manquer, soulager cette culpabilité de ne jamais avoir été présent quand il le fallait, ou peut-être simplement d'avoir manqué chaque jour un peu des moments importants...


 


Publié dans A suivre...

Commenter cet article

Osiris 24/01/2007 19:37

Eh bien dis-donc, pour bien connaître, et pour cause, ce que tu écris, j'en ai tout de même des frissons dans le dos. J'aimerais bien que tu nous évites un truc pareil si tu veux bien. De toutes façons, tu ne t'en tirerais pas comme ça... On irait te chercher par la peau du dos pour te ramener ici !! Parole d'urgentiste.

Alex Owl 24/01/2007 21:10

Damienmerci de ton invitation, je vais aller voir et y réfléchir...Gaënaravi de te retrouver sur le Chant du Hibou, merci de tes lectures et de ton regard, j'ai été absent 48h de la toile et je vais aller te visiter avec plaisir ce soir. MerciOsirisj'espère bien que ce n'est ni autobiographique ni prémonitoire... je suis content si cela éveille des émotions chez le lecteur même des frissons... La question de la mort, de l'abandon, des manquements et bien d'autres encore me tiennent à coeur. J'espère bien que vous viendriez me tirer par la peau du dos, la vie est si belle... mais la toute puissance n'existe pas et l'absence est la repoussoir indispensable de la présence. Le jour n'est rien sans la nuit, c'est quasiment une loi physique. Tout notre être fonctionne par évaluation différentielle, pas par mesure absolue...

Gaëna 23/01/2007 19:01

Oui.  Nos propres manquements s'illuminent lorsque les autres enfin manquent à l'appel...
Alex, c'est... Très belle sensibilité et une grande connaissance de l'être humain que je découvre ici en te lisant.  Touchant.

damien schweighoffer 23/01/2007 17:07

Salut ! Je propose un jeu d'écriture gratuit à tous ceux qui aiment écrire et je vois que tu en fais partie. Principe très simple et chaleureux : chaque dimanche, un gratte-papiers me propose un thème, je le distribue par mail à tous les autres, et j'attends les textes des volontaires pour le dimanche suivant. Les écrits sont ensuite diffusés sur mon site, que je t'invite à consulter. N'hésite pas à me contacter si le concept d'intéresse. Amicalement, Damien le gratte-papiers.