Chronique des recouvrances [2]

Publié le par Alex Owl

Je repensais aux arbres qu’il faudrait que je déplace quand la sève aurait repris le chemin de la dormance; les pêchers, les figuiers qui attendaient en jauge depuis deux ans… et puis l’herbe du verger qu’il fallait couper une dernière fois avant l’hiver. Heureusement je n’avais pas encore dételé la tondeuse du tracteur. Elle n’attendait qu’un signe de ma part pour repartir à l’assaut de l’herbe et des dernières ombellifères de l’été. Après ce serait le repli sur l’intérieur, le regroupement et le temps des connivences rapprochées, les enlacements au coin du feu et les travaux calmes du dedans.


J’aimais les espaces cloisonnés du jardin et du verger coupés de haies et de bosquets. Les enfants y couraient après les rayons du soleil ou bien y déambulaient au volant du KUBOTA. Et puis les jours de grande fatigue, ces jours de l’impossible présence, je pouvais y retourner la terre à mon rythme, juste pour être, là, près d'eux, ni trop loin ni trop rapproché, pour ne pas les déranger.


La voiture m’emportait vers ma famille pour la dix millième fois, vers des retrouvailles douces et chaudes. La vitre ouverte, je tentais de me laver des pesanteurs de mon travail, de laisser s’échapper les peurs, les questions, les inquiétudes, les espérances aussi et je commençais, tout en roulant, à me projeter vers la maison. Rien ne pouvait arrêter ma pensée. Parfois j’imaginais perdre mes enfants ou Marie, ne pas les retrouver, et les larmes coulaient sur mes joues. D’autres fois j’espérais me retrouver seul avec ma femme et me coucher dans la chaleur de son amour. Et puis j’imaginais leurs sourires à tous, leurs rires et je riais à mon tour de trois gouttes de bonheur.


La route m’emportait, j’étais confiant, j’allais vers eux.


Publié dans A suivre...

Commenter cet article

missycalou 11/01/2007 11:50

cette route, cette route, cette route........qui n'en finit pas, elle annonce des choses j'imagine déja..............ou alors je me fais déjà un film!

Alex Owl 11/01/2007 15:42

Hé oui, elle a un ryhtme la route, elle n'est pas fugace ou instantanée, elle paaaasssssse... ce qui est bien c'est qu'elle mène toujours quelque part !Mais si tu as des idées sur là où va la route, fais m'en part...